(Banque Mondiale) Consultant à court terme – Soutien du Burkina Faso FCV

Partagez et envoyez cette annonce à vos amis !
Localité: 
  • Indéterminée
Annonceur
Banque mondiale
Professionnel
Objet de l'annonce: 

Il est essentiel de  s’attaquer aux problèmes liés à la fragilité, aux conflits et à la violence pour que le Groupe de la Banque mondiale atteigne son double objectif d’éliminer l’extrême pauvreté d’ici 2030 et de promouvoir une prospérité partagée de manière durable.  Actuellement, plus de 1,5 milliard de personnes vivent dans des pays ou des régions touchés par la fragilité, les conflits ou la violence extrême. Au rythme actuel de réduction de la pauvreté, le nombre d’extrêmes pauvres dans les pays fragiles et touchés par des conflits devrait augmenter d’ici 2030 et constituera entre 40 et 60 % des pauvres dans le monde. Outre les 36 pays et territoires classés comme fragiles ou touchés par des conflits par la Liste harmonisée des situations fragiles, l’extrême pauvreté dans les pays à faible revenu et les pri est de plus en plus concentrée dans les zones fragiles telles que les régions en retard de développement et les taudis urbains, où la violence est un facteur important. En outre, les récentes résurgences du conflit dans un certain nombre de pays à faible revenu et de PRI (par exemple au Mali et en Égypte) montrent que les progrès réalisés depuis des décennies en matière de réduction de la pauvreté peuvent être rapidement annulés. Ces rechutes ont souvent un impact à l’échelle de la région sur d’autres pays performants (par exemple, la Syrie au Liban et la Jordanie, la Somalie et le Soudan dans la Corne de l’Afrique).

La demande d’expertise et d’engagement opérationnel du Groupe de la Banque mondiale en matière de VFC a augmenté au cours des dernières années, et on s’attend à ce qu’elle continue de croître au cours de la période à venir.  Le défi pour le Groupe de la Banque mondiale est de maximiser l’impact de son engagement sur les questions relatives à la coopération et à la coopération, en : i) intégrant et élargissant les programmes de la fcv dans l’ensemble du Groupe de la Banque mondiale; ii) assurer la qualité et l’impact, notamment en élaborant de nouveaux modèles d’entreprise fondés sur des données probantes, le cas échéant; et iii) tirer parti des partenariats avec d’autres organismes de développement, organisations humanitaires et parties prenantes. Le Groupe FCV vise à orienter et à piloter le programme fcv au sein du Groupe de la Banque mondiale, et à assurer la cohérence, la complémentarité et les synergies dans les approches à travers le Groupe de la Banque mondiale.

Au cours des 2 dernières décennies, la région du Sahel est devenue de plus en plus fragile avec des vagues de conflits déstabilisant la région.  Actuellement, tous les pays du G5 Sahel (Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad, Mauritanie) sont activement en conflit ou font face à ses conséquences (y compris les réfugiés). Initialement dirigé par la présence de groupes extrémistes violents, le conflit s’est maintenant localisé, les tensions intercommunautaires étant à l’origine de la fragilité dans des zones auparavant épargnées par la violence. L’exclusion existante, les perceptions d’injustice, de marginalisation et d’inégalité, le manque de confiance envers les gouvernements dans la garantie de la justice, de la sécurité et des politiques inclusives, et les distinctions fluides entre l’extrémisme, les insurrections violentes, la lutte communautaire et le banditisme sont apparus comme les principaux moteurs des conflits.

Le Burkina Faso est un pays à faible revenu, enclavé et fragile de la région du Sahel.  Longtemps considéré comme un îlot de stabilité relative, le pays a connu des changements importants dans sa situation politique et sécuritaire au cours des dernières années. Depuis 2017, le nombre d’événements violents a augmenté de façon spectaculaire, affectant maintenant environ un tiers du pays, avec un conflit armé persistant qui sévit dans cinq des treize provinces du pays. En raison de la forte augmentation de la violence, le Burkina Faso est également aux prises avec une crise de déplacement majeure. En juin 2021, 1,3 million de personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI) auraient été enregistrées.

La Banque mondiale est profondément engagée dans la région du Sahel et en a fait une priorité pour l’Association internationale de développement (IDA), le fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres, qui fournira 8,5 milliards de dollars en financement de l’IDA, une augmentation record des ressources mises à la disposition de cette région, conformément à sa stratégie institutionnelle pour la fragilité, les conflits et la violence. Quatre des cinq pays du Sahel, dont le Burkina Faso, sont potentiellement admissibles à l’Allocation de prévention et de résilience (PRA) de l’IDA-19, qui fournit un financement supplémentaire aux pays confrontés à des risques de conflit de haute intensité.

Le défi pour le Groupe de la Banque mondiale est de veiller à ce que ces volumes d’assistance puissent être programmés et mis en œuvre efficacement à l’appui d’un effort international plus large visant à la paix et à la stabilité.  Pour ce faire, il faut renforcer la capacité du Groupe de la Banque mondiale: analyser la situation en constante évolution et ajuster le programme-pays en conséquence; établir des partenariats axés sur les résultats avec d’autres parties prenantes, y compris les acteurs politiques, sécuritaires et humanitaires; adapter la conception des activités aux défis spécifiques auxquels ces pays sont confrontés; et de résoudre les problèmes de mise en œuvre dans un contexte de faible capacité et d’insécurité.

Secteur d'activité: 
  • Coopération internationale
Spécialité concernée: 
  • Droit et sciences politiques
Niveau d'étude: 
Cadre / Ingénieur / BAC+4 ou plus
Lieu d'affectation: 
Le consultant sera basé à Ouagadougou, au Burkina Faso.
Type de contrat: 
Contrat à durée déterminée
Durée du contrat: 
Les services demandés devraient être fournis entre septembre 2021 et décembre 2022. Un nombre total de 30 jours de consultation sera alloué à ces travaux, avec la possibilité de convenir de jours supplémentaires à partir de janvier 2022.
Recruteur: 
Banque Mondiale
Structure bénéficiaire: 
Soutien du Burkina Faso FCV du Bureau pays de la Banque Mondiale
Tâches et responsabilités liées à l'emploi: 

La Banque mondiale, par l’intermédiaire de son bureau de pays au Burkina Faso, met en œuvre un nombre croissant d’activités liées à la lutte contre la fcv dans le pays. L’objectif des services demandés est d’appuyer le coordinateur pays burkinabè FCV et les équipes concernées dans les activités suivantes :

· Soutien à la préparation et au suivi des projets financés dans le cadre de l’IDA-19 et soutien aux équipes pour s’assurer que les questions de FCV sont prises en compte dans leur travail opérationnel;
· Partenariats et coordination avec l’ONU et d’autres partenaires humanitaires et de développement pertinents sur les questions relatives à la fcv;
· Suivi des engagements pris dans le cadre du processus d’admissibilité à l’allocation de prévention et de résilience (PRA), en lien étroit avec le groupe de travail interministériel dédié par le biais de réunions régulières, et soutien aux examens annuels de l’EPR;
· Le travail d’analyse et de communication de la FCV, au besoin, lié aux diverses facettes de la fragilité et à d’autres initiatives de la FCV, y compris la préparation de notes, de mémoires, de présentations, de points de discussion, de discours et de tout autre document pertinent;
· Soutien logistique aux travaux liés à la FCV (p. ex. organisation de missions, d’ateliers, de réunions, etc.)
· Fournir, au besoin, un soutien axé sur la demande et des contributions spécifiques, tel que déterminé par le chef d’équipe de travail (TTL).
Le consultant travaillera sous la supervision du Coordonnateur pays de la FCV pour le Burkina Faso et le Mali, basé à Bamako, au Mali. Il collaborera avec le bureau de pays du Burkina Faso, l’Unité de gestion des pays, le Groupe FCV basé à Washington DC et d’autres équipes compétentes, selon les besoins.

Critères de sélection: 

Le candidat idéal aura une expertise primaire en matière de fragilité, de conflits et de développement, ainsi qu’une compréhension approfondie des opérations, des politiques et des procédures de la Banque mondiale. Il/elle sera familier avec les façons dont l’aide au développement peut soutenir l’atténuation des risques de conflit et le programme de paix plus large, et avec les défis de la préparation et de la mise en œuvre des projets dans les contextes de FCV et d’insécurité. Il/elle répondra aux critères de sélection suivants :
· Maîtrise en affaires internationales, en sciences politiques, en études des conflits, en développement ou dans un domaine connexe.
· Minimum de 3 ans d’expérience professionnelle liée aux contextes FCV.
· Excellente connaissance et compréhension de la dynamique des conflits et de la fragilité au Burkina Faso.
· Forte connaissance du paysage de la coopération au développement au Burkina Faso.
· Expérience de travail sur les politiques et les projets de développement acquise sur le terrain dans les contextes de FCV.
· Expérience significative en gestion de projet, solides compétences organisationnelles et capacité de gérer la livraison des affectations dans les délais impartis.
· Solides compétences interpersonnelles et d’équipe, avec une capacité démontrée à établir des réseaux solides et à travailler avec les équipes pour obtenir des résultats.
· Expérience significative de la coordination, de la négociation et de la facilitation des interactions avec les partenaires de développement et les responsables gouvernementaux.
· Il serait un atout de se familiariser avec les politiques et procédures opérationnelles de la Banque mondiale et d’avoir une expérience de l’élaboration des documents de la Banque mondiale.
· Excellente maîtrise de l’anglais et de l’Français, tant à l’orale qu’à l’écrit.
· Excellentes compétences en rédaction, en présentation et en communication.

Composition du dossier de candidature: 

Pour postuler, les candidats intéressés doivent envoyer leur curriculum vitae et une lettre de motivation d’une page à [email protected] par courriel

Procédure de recrutement: 

Pour postuler, les candidats intéressés doivent envoyer leur curriculum vitae et une lettre de motivation d’une page à [email protected] par courriel avant le 27 août. La ligne d’objet du courriel doit être « Candidature pour un poste de DCP au Burkina Faso ».
Seuls les candidats retenus seront contactés.

Dépôt du dossier de candidature: 

Pour postuler, les candidats intéressés doivent envoyer leur curriculum vitae et une lettre de motivation d’une page à [email protected] par courriel avant le 27 août. La ligne d’objet du courriel doit être « Candidature pour un poste de DCP au Burkina Faso ».
Seuls les candidats retenus seront contactés.

Date limite de validité: 
Clôture 27 août 2021